Ici vous trouvez toutes le publications de VASOS / FARES en ordre chronologique.

Entretien avec l’ancien conseiller national Heiner Studer, PEV – Parti évangélique (AG)

Edition: 05-2024 Date: 21.05.2024

Thème: Actualité

Être prêt à l'âge de la retraite et voir de quelle force et de quelle énergie on dispose encore, ce que l'on peut encore faire et ce qui n'est plus possible, telle est la devise de Heiner Studer


Heiner Studer a grandi à Wettingen (AG) et a commencé sa carrière professionnelle dans un environnement politique. En 1970, il est devenu secrétaire central du PEV Suisse, qu’il a ensuite présidé de 2008 à 2014. En 1984, il est devenu secrétaire de la “Croix Bleue” de Suisse alémanique et, de 1984 à 2001, son secrétaire central et directeur. Parallèlement, il a toujours exercé des fonctions politiques. De 1973 à 1998, il a été membre du “Grand Conseil” du canton d’Argovie. Parallèlement, il a été membre de l’office des habitants (législatif) de la commune de Wettingen de 1974 à 1985 et a été élu à l’exécutif en 1986, où il a occupé le poste de vice-amiral de Wettingen de 1994 à 2013.  En 1999, il a été élu au Conseil national pour le PEV, où il a siégé jusqu’en 2007. Au Conseil national, il était membre de la Commission de la science, de l’éducation et de la culture.

Verena Loembe, membre du comité de la FARES, qui connaît Heiner Studer depuis de nombreuses années, a mené l’entretien avec lui.

Heiner Studer accueille Verena Loembe autour d’un café et indique en guise d’introduction qu’il est légèrement atteint dans sa santé et qu’il souffre encore des conséquences d’une fracture de la colonne vertébrale. Les problèmes de santé ne dominent toutefois pas et les pensées de Heiner Studer sont fraîches.

La transition professionnelle et politique après la fin de son mandat de conseiller national s’est faite en douceur pour Heiner Studer. Heiner Studer avait encore des fonctions politiques et des mandats ecclésiastiques ainsi qu’une série de présidences qu’il a abandonnées il y a cinq ans, à 70 ans, ou dont il a réduit la responsabilité et l’étendue. Après son passage au Conseil national, Heiner Studer participe volontiers aux “rencontres des anciens”.

Il fait également des visites privées du Palais fédéral sur demande. Comme Heiner Studer maîtrise également la langue norvégienne, il peut faire des visites guidées pour l’ambassade de Norvège et leur expliquer la différence entre les systèmes politiques suisse et norvégien.

Heiner Studer participe également toujours aux assemblées des délégués et aux fêtes du PEV. Lorsque sa fille Lilian Studer a été élue au Conseil national en 2019 et qu’elle est devenue présidente du PEV en 2021, il a pris un peu de recul. Malheureusement, Lilian Studer n’a pas été réélue en 2023.

Les thèmes politiques sont toujours au centre des préoccupations de Heiner Studer. Il suit les sujets de près et serait encore capable d’écrire des chroniques pour des journaux, ce qu’il a fait pendant longtemps. Il suit par exemple l’action de la conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider (PS) depuis son élection et celle du conseiller fédéral Alfred Rösti (UDC) et est impressionné par les deux.

Heiner Studer est prédicateur laïc depuis 1980, ce qui est une fonction officiellement reconnue dans le canton d’Argovie, et il effectue des remplacements dans cette fonction. Dans le canton d’Argovie, il peut exercer cette fonction aussi longtemps qu’il le souhaite, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de limite d’âge. En tant que prédicateur laïc, il peut également célébrer des mariages, des baptêmes et des enterrements. Heiner Studer assume très volontiers de telles tâches, car elles donnent toujours lieu à de bons entretiens et rencontres intergénérationnels.

Heiner Studer aime travailler avec des jeunes intéressés par la politique et qui souhaitent mettre leur foi en pratique sous une forme ou une autre. Il trouve qu’une bonne combinaison pour entrer en contact avec les jeunes est le “Walk and Talk” – marcher et parler ensemble.

Plus jeune, il a souvent gardé sa petite-fille, aujourd’hui âgée de 19 ans. D’autres petits-enfants vivent en Norvège, mais des rencontres régulières ont également lieu avec eux.

Ce qui tient également à cœur à Heiner Studer, c’est le domaine de l’asile dans son ensemble. Avec sa femme Marit, une Norvégienne d’origine, et d’autres personnes, ils ont participé à une “rencontre” de demandeurs d’asile. Avec ces personnes, jeunes pour la plupart, Heiner Studer a fait de nombreuses randonnées. Il voyait l’avantage dans le fait que l’on pouvait marcher côte à côte sans toujours devoir parler, ce qui permettait malgré tout de créer une relation. Il a pu conduire de nombreux jeunes demandeurs d’asile d’origine orthodoxe sur la tombe de ses parents. Le respect de ces gens pour la vieillesse et le respect pour les personnes âgées sont impressionnants. Sa femme, enseignante et très mathématicienne, était idéale pour les personnes issues du domaine de l’asile.

Être prêt à l’âge de la retraite et voir de quelle force et de quelle énergie on dispose encore, ce que l’on peut encore faire et ce qui n’est plus possible, telle est la devise importante de Heiner Studer. Dans une phase où la santé pose problème, il a dit oui à la vie que Dieu lui a donnée. Il est important pour Heiner Studer de regarder vers l’avant et de tirer le meilleur parti de ce qui ne va plus, de ne rien forcer. Il ne faut pas essayer de forcer les choses dans un domaine où l’on n’a pas d’ambition. Faire quelque chose d’utile semble être bien plus important pour Heiner Studer. La belle-mère de Heiner Studer a vécu jusqu’à 97 ans et a pris ses propres décisions jusqu’à la fin de sa vie. Sa petite-fille a vu son arrière-grand-mère jusqu’à l’âge de 21 ans. C’était un énorme cadeau pour les deux et cela n’allait pas de soi.

Lorsqu’il a été victime d’un infarctus en 2016, auquel il a miraculeusement survécu, Heiner Studer s’est fait quelques réflexions de fond : y a-t-il encore quelque chose qu’il faut absolument avoir vécu ? La réponse était NON – prendre ce qui vient et faire ce que l’on peut encore faire. A cette époque, Heiner Studer et sa femme ont reçu une invitation au mariage de sa nièce, qui s’est mariée en Israël avec un Palestinien. Il estime que ce voyage a été très intéressant et beau, notamment parce qu’il a permis de vivre une telle fête avec les gens du pays.

Quand sa santé se rétablira, Heiner Studer souhaite à nouveau voyager avec l’AG qu’il possède depuis l’âge de 20 ans. Combiner des curiosités et des rencontres en voyageant est quelque chose de merveilleux.

Ce qui pose problème à Heiner Studer en ce qui concerne les personnes âgées, c’est que beaucoup de gens lui font comprendre qu’ils sont seuls et qu’ils n’ont pas de contacts. Beaucoup de ces personnes ne seraient-elles pas en mesure de nouer des contacts avec leurs voisins, de leur parler, de les inviter à prendre le thé ? Les personnes seules ne doivent pas s’attendre à ce que les autres fassent le premier pas. C’est MOI qui dois faire le premier pas.

La politique a encore quelques tâches à accomplir en matière de politique de la vieillesse. Il faut prendre des mesures pour que les gens puissent vivre le plus longtemps possible de manière indépendante et prendre leurs propres décisions. Les logements, les places et les gares doivent être adaptés aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Mais il faut aussi que les personnes concernées disent tout haut ce dont elles ont besoin.

L’initiative d’inclusion arrive à point nommé et mérite d’être soutenue. La politique devrait également être plus active sur la question de l’inclusion. Les bâtiments publics doivent être accessibles aux personnes handicapées, et pas seulement lorsqu’une personne handicapée y pénètre pour la première fois, mais de manière préventive. Heiner Studer considère comme positif le fait que des personnes handicapées issues de différents partis siègent au Parlement, ce qui permettra peut-être d’améliorer la situation pour les personnes handicapées. Heiner Studer termine l’entretien par une “pointage” locale : Dans sa commune de Wettingen, il s’est avéré difficile de motiver des jeunes femmes ayant des enfants, une famille et un travail à se lancer dans la politique. Une femme de 68 ans s’est donc portée candidate et a été élue.

Verena Loembe remercie chaleureusement Heiner Studer pour cet entretien stimulant et lui adresse ses meilleurs vœux.

Verena Loembe, membre du comité de la FARES

retour