Ici vous trouvez toutes le publications de VASOS / FARES en ordre chronologique.

Mise en œuvre de l’initiative sur les soins infirmiers : aux politiques d’assumer leur responsabilité !

Edition: 12-2021 Date: 23.12.2021

Thème: Santé

Les systèmes de financement de la santé doivent être fondamentalement repensés


Investir dans les conditions de travail nécessite un meilleur financement des prestations de soins dans tous les domaines.

La nette acceptation dans les urnes de l’initiative sur les soins infirmiers est une décisions claire en faveur de la reconnaissance des professions de la santé. Il y a vraiment lieu de s’en réjouir. Toutefois, ce résultat n’est pas une surprise, car, pendant mes 45 années d’expérience professionnelle en tant qu’infirmière, j’ai toujours été très appréciée de mes patient-e-s, de leurs proches et de la société civile. Le problème réside dans le fait que cette reconnaissance ne se retrouve pas dans le prix versé pour mon travail.

Et cette responsabilité relève des politiques qui déterminent les conditions-cadre du financement des prestations de soins. En tant qu’ancienne secrétaire générale de l’Association suisse des infirmières et infirmiers (ASI), j’ai attiré l’attention, déjà lors de l’introduction du nouveau financement hospitalier avec DRG (forfaits par cas en fonction du diagnostic), sur le danger qu’en raison d’un diagnostic médical couvrant insuffisamment le besoin de soins, il y ait par conséquent trop peu d’argent pour ces derniers. On constate malheureusement le même effet avec le nouveau financement des soins à domicile et des soins dans les institutions de soins de longue durée. Cela a pour conséquence que les employeurs ne sont pas en mesure d’engager le personnel nécessaire, ce qui, ces 20 dernières années, a entraîné cette situation problématique dans le domaine des soins.

Demander des meilleures conditions de travail sans veiller à ce que toutes les prestations faisant partie des soins complets soient correctement rémunérées ne sert malheureusement à rien, car des soins de qualité englobent plus que les seules prestations de l’assurance-maladie obligatoire. Les malades, les personnes âgées ou en situation de handicap ne doivent pas uniquement être traitées et soignées, elles ont aussi besoin d’attention et d’accompagnement. Malheureusement, personne ne se sent responsable du financement de ces prestations, ni la Confédération, ni les cantons, ni l’assurance-maladie. C’est là que réside la vraie raison du mécontentement ressenti par le personnel soignant qui doit exercer sa profession non pas en fonction des besoins des personnes qui dépendent de soins, mais selon les moyens financiers à disposition. Si l’initiative sur les soins infirmiers a pour effet que les actuels systèmes de financement seront adaptés aux vraies tâches en matière de soins, alors elle représentera un important pas en avant pour la profession.

Elsbeth Wandeler, présidente du groupe de travail Santé de la FARES

retour