Ici vous trouvez toutes le publications de VASOS / FARES en ordre chronologique.

Victimes du nazisme : un mémorial pour le futur

Edition: 09-2021 Date: 30.09.2021

Thème: Actualité

Contribution de Remo Gysin, ancien membre de la FARES et du CSA

Des Juifs et des Juives, des socialistes, des résistant-e-s, des Roms et des Manouches, des handicapé-e-s, des Suissesses privées de leur nationalité, et donc aussi de la protection de la Suisse, à cause d’un mariage avec un étranger ainsi que de nombreux autres encore ont connu l’horreur des camps de concentration nazis. Il s’agit de leur dédier enfin un mémorial officiel suisse, mais cela, aussi à ceux et celles qui se sont opposés aux nazis ou ont offert protection et aide aux personnes qui étaient persécuté-e-s. 

Ensemble, l’Organisation des Suisses de l’étranger, les Archives d’histoire contemporaine de l’École polytechnique fédérale de Zurich, l’Amitié Judéo-Chrétienne en Suisse, la Fédération suisse des communes israélites et des représentant-e-s des milieux scientifiques (Université de Bâle) ont élaboré un projet de mémorial officiel suisse, qui a été transmis fin mai au Conseil fédéral.

Plus le temps passe, moins il reste de témoins du passé qui peuvent nous rapporter les atrocités et les crimes du national-socialisme. Il est par conséquent d’autant plus important et urgent de préserver le souvenir de ce passé.

Commémorer, transmettre, connecter : un projet innovateur

Le mémorial doit devenir un lieu actif de réflexion et de discussion. Dans le débat sur des thèmes comme ceux du racisme et de l’antisémitisme, de la solidarité et du courage civil, ce lieu devra contribuer à favoriser une prise de conscience. Il repose sur trois axes thématiques principaux : « commémorer – transmettre – connecter ». Un site du souvenir, dans l’espace public et sous la forme d’une intervention artistique à Berne, rendra hommage aux victimes du national-socialisme et à leur destin, leur assurant ainsi une place dans la mémoire collective. Un site de la transmission remplira la fonction de formation et d’information dans le cadre d’expositions permanentes ou temporaires. Ici, le regard ne devra pas se fixer sur le passé, mais toujours faire le lien avec le présent, par exemple sur le traitement des minorités, les droits humains ou la liberté de la presse et la liberté d’opinion. Un site de la connexion virtuelle, avec une base de données sur les victimes suisses du national-socialisme, permettra de relier entre eux les lieux de commémoration déjà existants.

Un large soutien

Près de 200 personnalités de toutes les parties du pays et environ 30 organisations soutiennent ce projet. Les milieux politiques sont aussi d’avis que la Suisse a besoin d’un tel lieu officiel du souvenir. Deux motions allant dans ce sens, déposées en mars dernier, demandent au Conseil fédéral la création d’un lieu suisse de commémoration des victimes du national-socialisme. Le Conseil des États a transmis sans opposition au Conseil fédéral l’intervention de Daniel Jositsch (PS, ZH), avant les vacances d’été. L’intervention développée par Alfred Heer (UDC, ZH) au Conseil national a été signée par 103 parlementaires représentant tout l’éventail des partis politiques. Elle a également été transmise au Conseil fédéral. Ce dernier est disposé à accepter ces motions. La mise en œuvre du cadre général est très complexe. Le projet a encore besoin d’un large soutien.

Plus d’informations sur : https://swissmemorial.ch/fr/

Remo Gysin, ancien membre de la FARES et du CSA

retour