Ici vous trouvez toutes le publications de VASOS / FARES en ordre chronologique.

Votations du 13 juin – recommandation de vote FARES

Edition: 05-2021 Date: 27.05.2021

Thème: Dialogue des générations, Santé

Oui à la loi sur le CO2, à l'initiative sur l'eau potable et à l'initiative 'pour une Suisse sans pesticides de synthèse'

OUI à la loi sur le CO2. Parce que les conséquences du changement climatique nous concernent tous !

Le changement climatique est le plus grand défi de notre époque. Il est grand temps d’agir. Ses conséquences nous concernent tous. L’augmentation des vagues de chaleur, par exemple, met en danger la santé et la vie des personnes âgées en particulier. Avec la loi sur le CO2, nous avons la possibilité d’apporter une contribution importante à la lutte contre le réchauffement climatique.

La loi sur le CO2 est un pas important vers la réduction de moitié des émissions de CO2 en Suisse d’ici 2030, et fixe l’objectif de limiter le réchauffement à 1,5 degré  si possible. Ce n’est qu’avec elle  que la Suisse devra agir pour mettre en œuvre l’objectif climatique de Paris.

Il ne faut pas oublier qu’au cours des dix dernières années, nous avons payé 80 milliards de dollars pour le pétrole et le gaz aux compagnies pétrolières à l’étranger. La FARES estime que cet argent serait mieux investi en Suisse, dans des emplois d’avenir. Avec la loi sur le CO2, nous investissons dans les infrastructures et le service public, soutenons l’achat de bus électriques dans les transports publics ou la qualité de la construction des maisons et assurons ainsi des emplois durables en Suisse. C’est pourquoi cette loi est si largement soutenue par l’économie.

Elle a également besoin de notre OUI, car elle a besoin de la voix de toutes les générations pour indiquer définitivement la voie vers un avenir digne d’être vécu pour nos enfants et nos  petits enfants.

 

Oui à l’initiative sur l’eau potable. Nous ne pouvons pas vivre sans eau potable, mais nous pouvons vivre sans pesticides

L’agriculture intensive utilise d’énormes quantités de pesticides et d’antibiotiques. Cela empoisonne notre eau potable et nos aliments, menace la biodiversité et met ainsi notre santé en danger. Pire encore, cette pollution de l’eau est subventionnée par des milliards de francs des contribuables. 82% de nos subventions agricoles vont à la production animale, particulièrement nocive pour l’environnement, quatre fois plus que la production végétale (18%).

L’ Initiative “Pour une eau potable propre et une alimentation saine – pas de subventions pour l’utilisation de pesticides et d’antibiotiques prophylactiques” demande que seules les exploitations qui n’utilisent pas de pesticides, qui n’ont pas recours aux antibiotiques prophylactiques dans l’élevage et dont le bétail peut être nourri avec le fourrage produit sur l’exploitation soient soutenues par des paiements directs. Cela devrait garantir la qualité de notre eau potable.

Le NON du Conseil fédéral à l’initiative sur l’eau potable et les pesticides n’est pas convaincant pour la FARES : L’initiative reprendrait  des préoccupations que le gouvernement fédéral s’efforce déjà d’atteindre avec des mesures de politique agricole telles que le plan d’action pour les produits phytosanitaires et la stratégie de résistance aux antibiotiques. L’initiative nuirait à l’agriculture. La production diminuerait, les exploitations agricoles se retireraient du système de paiements directs et la pollution environnementale augmenterait.

 

Oui à l’initiative pour une Suisse sans pesticides de synthèse !

Se passer des pesticides de synthèse est une solution écologiquement sensée, techniquement et économiquement réalisable et bonne pour la santé. C’est pourquoi  la FARES recommande d’accepter l’initiative le 13 juin avec un OUI clair.

Objectifs de l’initiative
L'”initiative sur les pesticides” demande que l’utilisation de pesticides de synthèse soit interdite dans la production agricole, dans la transformation des produits agricoles et dans la conservation des sols et des paysages. De même, ne peuvent être importées les denrées alimentaires qui contiennent des pesticides de synthèse ou qui ont été produites à l’aide de tels pesticides.

Préserver la biodiversité
L’utilisation de pesticides de synthèse est un fardeau pour la biodiversité. Les pesticides synthétiques agissent rarement de manière sélective contre un parasite. Ils affectent les processus métaboliques de base communs à de nombreuses espèces (système nerveux, photosynthèse, croissance, reproduction, etc.) Ainsi, d’autres organismes vivants sont également touchés dès qu’ils entrent en contact direct ou indirect avec les pesticides synthétiques.

Protection de l’environnement et de la santé : chaque année, 2 000 tonnes de pesticides empoisonnent nos eaux souterraines et notre eau potable. Les pesticides sont nocifs pour la santé et les insectes et détruisent la fertilité des sols à long terme.

Changement de cap dans le secteur agricole et alimentaire : pour une agriculture rurale et un système alimentaire social et respectueux du climat, pour une alimentation saine et sans pesticides. L’initiative sur les pesticides et l'”initiative sur l’eau potable” sont nécessaires pour surmonter le blocage de la politique agricole.

Inge Schädler & Bea Heim

retour